Carine Klonowski

// Impression en cours //

"Dimanche soir à la maison, on joue à GTA V avec Etienne et Simon. J’ai la manette, alors plutôt que de buter gratuitement des PNJ, je vais voir le coucher de soleil à Del Pierro Beach. C’est dingue à quel point les développeurs bossent le rendu des lumières dans les jeux vidéos. Quinze minutes de modulations lumineuses, de brumes et dégradés de couleurs à te couper le souffle. L’emphase en moins, c’est un peu l’expérience paysagère du no life.

Les plombs sautent - on n’a pas la terre. Le vidéoproj se rallume, pas la console : écran bleu, « aucun signal ». Le LCD perd ses pixels - de plus en plus de points blancs sur la projection, d’ici deux mois on n’y verra plus rien.

Du coup on passe du coucher de soleil au ciel étoilé, comme quoi les installations électriques foireuses et l’obsolescence programmée, ça a du bon. J’ai vu un Friedrich dans GTA, et on aura bientôt un Malevitch 2.0 dans le salon.

Demain on prendra la Mercedes d’Etienne, on écoutera Drexcyia sur le boulevard périphérique en se croyant dans Blade Runner. Vraiment c’est ce genre d’ambiance - une espèce de bouillie de pluie de lumières et de béton, le tout crûment scandé par des tags et des enseignes.
La vision indistincte et la pensée erratique, tout ça se mélangera plutôt bien. On verra si ça a du sens dès lors que c’est écrit sur un mur, ou si ça pique les yeux une fois projeté sur un pare-soleil."

site de Carine Klonowski

 
 
http://copiedouble.org/files/gimgs/th-32_carine2-trombinoscope.jpg